19 août 2018

Rien ne sert de courir, il faut partir à point

Dimanche 19 août 2018

Aujourd'hui nous avons fait la marche populaire de Jettingen. Nous avons passé un bon dimanche mais la marche de 10 kilomètres était un peu difficile, du fait de quelques dénivelés (problème de respiration dans les montées et un peu mal aux genoux dans les descentes) mais surtout à cause de la chaleur particulièrement écrasante aujourd'hui. Peu de sentiers à l'ombre. Nous avons traversé essentiellement des champs en plein soleil.

Des centaines de randonneurs pour cette marche. Beaucoup nous dépassaient régulièrement mais s'arrêtaient souvent pour faire des pauses.

Nous les devancions rapidement et malgré ma lente progression, il se trouve que nous sommes arrivés avant eux !!!

Cela m'a fait penser à une fable de Lafontaine que j'ai raconté à Carlos qui ne la connaissait pas (pour sa défense, en Suisse les fables de Lafontaine ne sont pas prévues au programme scolaire).

tortue

 

LE LIEVRE ET LA TORTUE

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.
«Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
Sitôt que moi ce but. Sitôt ? Êtes-vous sage ?
 Repartit l'animal léger :
 Ma commère, il vous faut purger
 Avec quatre grains d'ellébore.
Sage ou non, je parie encore."
 Ainsi fut fait; et de tous deux
 On mit près du but les enjeux :
Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire,
 Ni de quel juge l'on convint.
Notre Lièvre n'avait que quatre pas à faire,
J'entends de ceux qu'il fait lorsque prêt d'être atteint
Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes,
 Et leur fait arpenter les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
 Pour dormir et pour écouter
 D'où vient le vent, il laisse la tortue
Aller son train de sénateur.
Elle part, elle s'évertue ;
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire,
Tient la gageure à peu de gloire,
Croit qu'il y va de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s'amuse à toute autre chose
Qu'à la gageure. A la fin quand il vit
Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit
Furent vains : la tortue arriva la première.
"Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi, l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?"

Posté par onagrine à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :